Élections présidentielles en Côte d’Ivoire : le scrutin électoral sous de très haute tension

Le président ivoirien, Alasssane Ouattara, a annoncé dernièrement sa candidature à la côte d ivoire présidentielle 2020, qui aura lieu durant le mois d’octobre prochain, promettant une campagne assez tendue. En effet, plusieurs opposants avaient jugé que la candidature du président de la République qui brigue son 3e mandat, est illégale, en demandant le retour imminent de Laurent Gbagbo au niveau de la bataille électorale.

Le président de la République brigue son 3e mandat

Le chef d’État ivoirien a mis fin au suspense concernant ses ambitions présidentielles. Alassane Ouattara a affirmé le 6 août dernier, qu’il est candidat à la côte d ivoire présidentielle 2020. En effet, le président a choisi l’occasion du oixantième anniversaire de l’indépendance du pays pour affirmer sa candidature aux présidentielles de 2020.

Selon les citoyens ivoiriens, sa candidature n’a rien d’une surprise. Il est vrai que le chef d’État sortant déjà laissé entendre ces dernières années qu’il ne briguerait pas de 3e mandat, en affirmant en public qu’il passera la main à Amadou Gon Coulibaly son Premier ministre afin de lui succéder. Néanmoins, le Premier ministre Ivoirien est décédé brutalement le 8 juillet dernier lors d’un Conseil des ministres suite à un problème cardiaque. Il est évident, depuis son décès, la promesse du président a été remis en question. Ainsi le retour du président sortant dans la course à la côte d ivoire présidentielle 2020, laissant présager une campagne assez agitée.

 

La candidature du président de la République ivoirien est légale ou illégale ?

Il est évident qu’en termes juridique, la question ne se pose même pas. C’est pour cette raison que l’opposition juge que la candidature du chef d’État est illégale selon la nouvelle constitution qui a été adoptée en 2016 qui assure que chaque chef doit limiter le nombre de ses mandats présidentiels à seulement deux.

D’après l’analyste politique de l’Institut stratégique d’Abidjan, Sylvain N’Guessan, la question concernant la légalité de la candidature de Alassane Ouattara a beaucoup alimenté les discussions des constitutionnalistes du pays.
Les opposants du président sortant assurent vu que la nouvelle Constitution mise en place durant le mois de décembre 2016, n’a pas pu remettre en cause sa candidature durant les élections d’octobre 2015, ainsi, il n’a plus le droit de se présenter aux élections de 2020.