Togo : après la Côte d’Ivoire et le Sénégal, le Togo révise son produit intérieur brut

D’après les journaux togolais en ligne, suite à la décision de réévaluation annoncée par le président de la République Faure Gnassingbé, le produit intérieur brut au Togo, a pu bondir de plus de 36 %. Une décision qui permettrait l’accroissement des capacités d’endettement du pays d’Eyadema Gnassingbé.

     C’est au tour du Togo

À l’instar de la Côte d’Ivoire qui a réévalué son produit intérieur brut en mois de mars dernier et au Sénégal en 2018, le chef de l’État du Togo Faure Gnassingbé a annoncé le 22 septembre dernier la réévaluation du PIB du pays. D’après Togo News, le journal togolais en ligne, la décision de réévaluation découle de l’annonce de changement par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques de l’année de base que l’Inseed utilisée afin de pouvoir calculer les comptes nationaux. En effet, l’Inseed a décidé de prendre en compte le système de comptabilité de 2008, au lieu de l’ancien système de comptabilité de 1993 dans sa méthodologie de calcul.
Selon l’un des membres du comité technique en charge du processus comptable, la réevaluation de produit intérieur brute permettrait au pays de mieux rendre compte de la réalité de son économie en mettant en place au niveau de l’estimation de la richesse, différents secteurs qui n’ont pas été pris en considération dans les calculs précédents, comme c’est le cas des activités informelles et les services financiers et l’économie bleue.

      La conséquence de la réévaluation du produit intérieur brut

Comme a expliqué l’un des membres du comité technique en charge du processus comptable, au journal togolais en ligne, Togo News, grâce à cette réévaluation, le produit intérieur brut a pu réaliser un bond de plus de 36 %. Ce bond, qui est supérieur à la moyenne des pays qui se trouvent dans la région et dont le PIB a été réévalue, comme le Sénégal en 2018 qui a réalisé un saut de 30 %, le Burkina réalisant un saut de 13 % et le Niger de 30 %.
Néanmoins, le saut réalisé par le pays dirigé par le fils d’Eyadema Gnassingbé, est inférieur au résultat de la locomotive de l’Uemoa, la Côte d’Ivoire qui a vu sont produit intérieur brut augmenté de 38 %.
Grâce à ce nouveau système de comptabilité nationale, le produit intérieur brut du Togo de 2016 passerait de 2 618.1 milliards de FCFA à 3 574.4 milliards de Francs CFA.