Togo : la Banque mondiale recommande d’accélérer les réformes et de booster l’investissement privé

D’après les journaux togolais en ligne, grâce aux réformes apportées par le président de la République Faure Gnassingbé, le Togo est le seul pays qui a pu réussir avec succès au respect des différents critères de convergence, afin de pouvoir assurer la mise en place de la future monnaie unique de la région Ouest africaine. Il est important de signaler que la CEDEAO a été touché de plein fouet par la crise sanitaire.

      Franchir la situation actuelle affectée par la crise

D’après les experts de la banque mondiale, à l’instar de plusieurs pays dans le monde, la croissance togolaise en 2020, enregistrerait une chute de 1 %, dans le meilleur des cas réalisant un déficit budgétaire de 5.7 % du PIB du pays. Il est évident que ces chiffres sont affectés directement par la crise sanitaire causée par l’expansion de la pandémie du Covid-19. Selon Togo News, l’un des journaux togolais en ligne les plus consultés par les internautes, les experts de la Banque mondiale assurent qu’il est essentiel d’agir rapidement en présentant plusieurs recommandations afin de remédier à cette situation. Parmi les recommandations, présentés par les experts de la Banque, on peut citer, le renforcement de la formation à l’entreprenariat, ainsi que l’accompagnement des startups, tout en veillant à la création des marchés pour les différents entrepreneurs du numérique. En outre, la Banque mondiale affirme au niveau du document rendu public le 8 septembre dernier, qu’il est important de faciliter l’expansion des sociétés du numérique au niveau de la région d’Afrique de l’Ouest. Ce document constitue l’un des premiers rapports du genre concernant l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest qui a enregistré une économie assez dynamique ces dernières années, toutefois elle a subit des contrecoups suite à la crise causée par le Coronavirus.

        La crise sanitaire a affecté l’économie

Selon l’économiste de la Banque mondiale pour le Togo et co-auteur du rapport, Thierry Yogo, la Banque Mondiale a constaté une baisse de production et des ventes au niveau des nombreux secteurs en particulier ceux qui ne peuvent pas travailler à distance comme le secteur de la fabrication, le tourisme, la construction et le commerce de détail.
Il est important de mentionner qu’environ 62 % des emplois ont été touchés par la crise, 13 % dans le secteur industriel et 49 % dans le secteur des services. En outre, plusieurs cas de perte d’emplois surtout dans les secteurs de la vente en détails et des loisirs ont été enregistré durant cette dernière période, à hauteur de 30 %. Il est à noter que le taux de présence dans les différents lieux de travail est en recul de 12 % en comparaison à la période qui a précédé la crise.