Togo : une ligne de crédit de 750 millions de dollars de la BIDC pour le secteur des engrais

La CEDEAO veut appuyer, à travers la BIDC, sa banque d’investissement et de développement, le secteur privé des engrais du Togo. A cet effet, des discussions se sont ainsi tenues en début de mois de novembre, entre l’Association des engrais de l’Afrique de l’Ouest (WAFA) et la banque d’investissement et de développement de la CEDEAO, afin de lui apporter une aide à hauteur de 750 000 dollars (soit 980 milliards de Francs CFA), sous forme de ligne de crédit. Ces ressources devraient, selon Jean-Claude Kassi BROU, le président de la CEDEAO, particulièrement aider au financement des projets de la construction d’infrastructures de stockage dans l’Union, d’achat de camions, ainsi que l’importation d’engrais. Il est important de rappeler que l’Association des engrais de l’Afrique de l’Ouest a été lancée en octobre 2017 afin de représenter les pays membres de l’Union et fédérer les acteurs de l’engrais de la sous-région.

       Fertitogo, la carte de fertilité des sols au Togo

Le Fertitogo (projet d’élaboration de la carte de fertilité du Togo), lancé en 2016 sous l’égide de l’ITRA (Institut Togolais de la Recherche Agronomique), est une application d’aide à la décision et de conseils, pour une fertilisation (apporter à un milieu de culture les éléments minéraux essentiels au développement de la plante) raisonnée des cultures.
Cette innovation a été l’une des vedettes du 11e FNOT (Forum national du paysan togolais) qui s’est tenue en mars dernier, dans la ville de Kara. Cet outil est en effet destiné essentiellement aux acteurs du secteur agricole. Celui-ci est disponible sur tous les supports (smartphones, tablettes, ordinateurs, etc.) par le lien fertitogo.tg.
Ceci est ainsi un outil que le gouvernement de Faure Gnassingbé met à disposition afin de soulager le paysan qui a besoin de connaitre, avant de procéder à la production, le statut de son sol.
Dans le cadre de l’établissement de la carte de fertilité des sols, plus de trois millions d’hectares ont été d’ores et déjà analysés au Togo. Ce mécanisme qui vise principalement à permettre aux acteurs du secteur de l’agriculture de connaître les caractéristiques de leur sol pour mieux les orienter à adapter le type de culture et les engrais (destinées particulièrement à apporter des compléments d’éléments nutritifs aux plantes, de façon à améliorer la qualité des cultures, à augmenter leur croissance et le rendement) qui conviennent. Plus de 2 millions d’hectares ont été ainsi cartographiés, sur la superficie déjà examinée, soit environ 42 % des terres agricoles nationales.
Selon Victoire Dogbé, la nouvelle cheffe du gouvernement, cette carte permettra non seulement d’améliorer la productivité des cultures végétales et les rendements, mais également et notamment de réaliser une carte des cultures par zone.